« La proie » de Michael Crichton // Book Review

Posted in Culture, Lecture

This post is also available in: enEnglish

 

Personnalité des milieux high tech de Silicon Valley, Julia dirige Xymos, une jeune société qui fabrique des nanoparticules, Ces robots infiniment petits destinés à la recherche militaire.
Depuis quelque temps, le comportement de Julia est étrange. Elle s’absente de plus en plus souvent, se cache pour téléphoner, se désintéresse de son bébé malade, prononce des phrases incohérentes.

Jack, son mari, veut comprendre. Chercheur en informatique, Il parvient à se faire embaucher par Xymos pour une mission de consultant. C’est là, dans un curieux complexe technologique au cœur du désert du Nevada, qu’il va découvrir jusqu’où peuvent aller le génie et la folie des scientifiques. Seul, il devra affronter un prédateur que nul n’avait jusque-là imaginé. Un prédateur Infiniment petit, mais qui menace la planète.

 

“We think we know what we are doing. We have always thought so.” 

 

 

Je connaissais Michael Crichton juste pour son roman Jurassic Park (que je n’ai d’ailleurs pas lu, j’ai seulement vu le film, comme beaucoup de personne je pense). Du coup, quand j’ai trouvé ce roman dans une boîte à lire j’ai eu envie de découvrir sa plume.

Je sais à présent que c’est un auteur très technique, sans doute beaucoup trop pour moi. On sent qu’il y a pas mal de recherche derrière ses écrits, il ne fait pas les choses à moitié. Le problème pour moi en tant que lectrice, j’ai eu du mal à prendre du plaisir dans ma lecture. Trop de termes et d’explications techniques/scientifiques, m’ont donné l’impression d’assister à un cours…

Quand aux personnages de l’histoire j’ai eu beaucoup de mal à les apprécier, je n’ai d’ailleurs eu de sympathie que pour Jack, le personnage principal. Sa femme est clairement détestable…

Ce roman est un roman qui mêle nano-technologie, savoir humain, relations, futur, secrets d’état,… Que des sujets qui au final ne m’ont pas du tout intéressés. Si j’ai aimé les premières pages du roman je me suis énormément ennuyée par la suite. C’est pourquoi je préfère arrêter ma chronique ici, pas besoin de m’étendre plus sur ce roman.

Beaucoup peuvent et ont aimé « La proie », mais pour moi le trop de termes techniques m’ont fait complètement passer à côté de l’histoire.

 

Ma note /5 :

 

 

 

Comments

comments

16 août 2018
Previous Post Next Post

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

%d blogueurs aiment cette page :