« Everything, Everything » de Nicola Yoon // Book Review

Posted in Culture, Lecture

This post is also available in: enEnglish

 

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

 

“You can do every goddamn thing right, and your life can still turn to shit.” 

“I read once that, on average, we replace the majority of our cells every seven years. Even more amazing: we change the upper layers of our skin every two weeks. If all the cells in our body did this, we’d be immortal. But some of our cells, like the ones in our brains, don’t renew. They age, and age us. In two weeks my skin will have no memory of Olly’s hand on mine, but my brain will remember. We can have immortality or the memory of touch. But we can’t have both.”

VF

« J’ai lu un jour que, en moyenne, la majorité de nos cellules est remplacée tous les sept ans. Encore plus incroyable : la couche supérieure de notre épiderme se renouvelle toutes les deux semaines. Si toutes les cellules faisaient cela, nous serions immortels. Mais certaines de nos cellules, comme celles de notre cerveau, ne se renouvellent pas. Elles vieillissent, et nous vieillissons avec elle.
Dans deux semaines, ma peau ne gardera plus aucun souvenir de la main d’Olly posée contre la mienne, mais mon cerveau, lui, s’en souviendra. C’est soit l’immortalité, soit la mémoire du toucher, pas les deux. »

 

A force de voir se roman partout, d’en entendre que du bien, j’ai fini par me laisser tenter. Même si ce n’est pas du tout mon genre de prédilection, et que j’admet avoir eu un peu peur de ne pas accrocher, j’ai passé un bon moment avec ce roman.

Everything, everything est un roman qui se lit vraiment très très vite. Les chapitres sont très courts et ne font qu’augmenter la vitesse de lecture, les pages se tournent sans même s’en rendre compte.

Les deux personnages principaux sont vraiment très sympathiques à suivre. D’un côté il y a Madeline, jeune fille/femme de 18 ans (si je me souviens bien) atteinte d’une maladie incurable, dite de l’enfant bulle, qui l’oblige à rester enfermée chez elle afin d’échapper à tous les germes et allergènes pouvant entraîner sa mort. En bref, son système immunitaire est défectueux ! De l’autre, il y a Olly. Lui et sa famille viennent tout juste d’emménager dans la maison voisine de Madeline. On comprendra vite que sa famille ne tourne pas rond, si je peux dire ça comme ça sans spoiler ! Lui et Madeline vont vite se « rencontrer », je dis rencontrer entre  »  » puisque les échanges se feront à travers les vitres ou par emails/messages privés. Une amitié qui va vite se transformer en un peu plus bien évidemment !

Leur relation est toute mignonne et m’a vraiment faite passer un excellent moment. J’ai aimé suivre l’évolution de cette relation, j’ai aimé en savoir plus sur eux, leurs vies, leurs entourages.

Et même si j’avais deviné la fin, cela ne m’a pas empêché de l’apprécier.

Il me semble qu’il y a une adaptation cinématographique, je suis donc curieuse de voir ce que cela donne ! L’avez-vous lu ? vu ?

 

 

Comments

comments

30 août 2018
Previous Post Next Post

4 Comments

  • Reply Virginie FALZONE

    L’histoire a l’air vraiment bien
    Même si ce n’est pas mon style d’histoires ou de livres je sais que je pourrais aimé !
    En tout cas ta revue me rend curieuse donc je vais peut être me laisser tenter!

    2 septembre 2018 at 01:11
    • Reply FurtherWest

      Ce n’était pas non plus mon genre de lecture, loin de là, mais j’avoue ne pas regretter d’avoir tenté c’était mignon tout plein 🙂

      2 septembre 2018 at 06:23
  • Reply The Flonicles

    Il y a un autre film sur exactement le même sujet qui sort bientôt aussi (par le producteur de Nos étoiles contraires et co) mais je trouve ces histoires trop déprimantes j’avoue que ça ne me tente pas du tout!

    31 août 2018 at 04:01
    • Reply FurtherWest

      Je ne suis pas fan de ce genre d’histoire à la base et je ne pense pas lire ou regarder nos étoiles contraires pour cette raison, pas ma tasse de thé… mais avec Everything Everything j’ai été agréablement surprise ce n’est pas du tout déprimant et ça ne fait pas tout pour te faire pleurer ou t’emouvoir…

      31 août 2018 at 06:48

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    You may also like

    %d blogueurs aiment cette page :