« Brother » by Ania Ahlborn // Book Review

Posted in Culture, Lecture

This post is also available in: enEnglish

 

Date de publication : 29 Septembre 2015

Maison d’Edition : Gallery Books

Nombre de pages : 337

 

Résumé :

Deep in the heart of Appalachia stands a crooked farmhouse miles from any road. The Morrows keep to themselves, and it’s served them well so far. When girls go missing off the side of the highway, the cops don’t knock on their door. Which is a good thing, seeing as to what’s buried in the Morrows’ backyard.

But nineteen-year-old Michael Morrow isn’t like the rest of his family. He doesn’t take pleasure in the screams that echo through the trees. Michael pines for normalcy, and he’s sure that someday he’ll see the world beyond West Virginia. When he meets Alice, a pretty girl working at a record shop in the small nearby town of Dahlia, he’s immediately smitten. For a moment, he nearly forgets about the monster he’s become. But his brother, Rebel, is all too eager to remind Michael of his place…

 

Mon avis :

J’ai toujours eu un penchant pour les films d’horreur mais également les livres d’horreur. Jusqu’à maintenant je n’étais pas certaine du « style d’horreur » que j’aimais. Après avoir lu ce roman, je suis sûre et certaine que celui-ci n’en fait pas partie.

L’histoire commence assez fort, on est plongé directement dans l’ambiance et si vous n’arrivez pas à apprécier les premier chapitres, ce n’est clairement pas la peine de continuer car cela n’ira pas en s’arrangeant.

Ici tout est glauque, malsain, dérangeant, sanglant, gore…

Nous allons suivre la famille Morrow, une famille bien dérangée, psychopathes de mère en fils, aucun personnage pour rattraper l’autre. Ils sont clairement tous détestables à leurs façons. Ce genre de famille qu’on s’imagine facilement vivre au fin fond de la campagne (je n’ai rien contre la campagne hein, puisque j’en viens, mais vous voyez de quoi je veux parler !), des Etats-Unis (ou ailleurs), où la consanguinité n’est pas vraiment surprenante…

Bref, leur dada : capturer des jeunes filles, les terroriser, les torturer, les tuer…

Michael, le plus jeune des deux fils, ne les tuent pas, non lui il est là pour faire le ménage. Il n’apprécie pas tous les cris qu’il entend la nuit, il n’est pas spécialement fan de ce que font sa mère et son frère, mais il ne dit rien, il ne fait rien. C’est plus simple ainsi.

Le récit alterne entre le présent et le passé, pendant l’enfance de Michael. Cela nous permettra d’en savoir un peu plus sur lui.

Des rebondissements assez sympas, que j’avais souvent vu venir mais bon, et une fin correcte font que je donne la moyenne à ce roman. Je suis certaine qu’il peut plaire à beaucoup, il fait d’ailleurs l’unanimité sur Goodreads. Mais je ne fais pas partie de cette catégorie.

 

Ma note /5 :

 

 

Comments

comments

9 août 2018
Previous Post Next Post

1 Comment

  • Reply Priyasha

    Lovely review

    9 août 2018 at 07:50
  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    You may also like

    %d blogueurs aiment cette page :